ecole en dangerLe mouvement “Éducation Durable“ lancé le 22 septembre 2016 à St-Yrieix-la-Montagne, en Creuse, a recueilli plus de 500 signatures en quinze jours. Il s'agissait de mobiliser les habitants pour le maintien du regroupement pédagogique intercommunal de St-Yrieix-la-Montagne, La Nouaille et St-Marc-à-Loubaud, et plus globalement de défendre les petites écoles rurales menacées par les projets de l'Éducation nationale : “Depuis trois ans, l’Éducation nationale nous a imposé les nouveaux rythmes scolaires, le protocole de rassemblement des RPI et le changement du cycle 3 regroupant maintenant CM1, CM2 et sixième. Certes, la logique numérique est implacable : il est difficile de maintenir une classe ouverte avec seulement 10 enfants. Cependant, la République a le devoir d’éducation pour tous les enfants et ces mêmes enfants ont un droit à l’enseignement qui ne doit pas être pollué par des transports interminables, des classes surchargées, une fatigue spoliant les résultats.“

Au Monteil-au-Vicomte, trois familles souhaitent inscrire leur enfant (de 3 ans) à partir de janvier 2017 mais l’Éducation nationale refuse ces inscriptions. La DASEN du département explique qu'elle ne peut pas accueillir plus d'enfants dans l'école car ceci l'obligerait à rajouter un enseignant supplémentaire... comme l'a prescrit la ministre de l’Éducation nationale. Pour les parents et la mairie qui se mobilisent, “ces enfants de trois ans (ou presque) ont les mêmes droits que ceux des zones urbaines.“